Le Chateau

Et le château devint une Eglise…

M. Georges Strohl, dans son intérêt pour notre église et l’histoire de la paroisse, a relevé de très intéressantes dates et évènements qui ont marqué la transformation du château en église. Alors que l’église a fait peau neuve, revenons à ces premiers moments importants de notre lieu de culte…

Projet pour la transformation du château seigneurial de Brumath, en église pouvant servir aux deux confessions du lieu.

Vers la fin de l’année 1803, début 1804, l’architecte strasbourgeois, Jacques Frédéric Arnold (* 20/08/1762 à Strasbourg – St Guillaume † 06/07/1823 à Strasbourg), présenta son projet pour la transformation du château en église, pour les deux confessions, aux membres du Consistoire de Brumath.

Le 17 pluviôse, An 12 (07/02/1804), plan du château de Brumath et des terrains en dépendant et y attenant, lesquels objets doivent être convertis en église, cimetière, maison communale, maisons d’écoles. Signé par Arnold, expert, et Marx (Jacques).

Sources : A.D.B.R. : 2G66B/305 + 2G66B/341

 

Il y eu une première fois, quelques dates :

Le 16 pluviôse, An 12 (06 février 1804) décéda à Brumath, Jean Riedinger (* 1733 à Melsheim † 06/02/1804 à Brumath, valet auprès de l’aubergiste au Cerf, Frédéric Krautheimer. Ce fut la première personne a être enterrée au nouveau cimetière, l’ancien jardin du château.

Le 7 messidor, An 12 (26 juin 1804) eu lieu la première cérémonie d’enterrement en l’église du château, celle de Jean Goetz (* 17/10/1750 à Brumath † 25/06/1804), fils de Nicolas Goetz, ancien échevin, et de Régine Hoechstetter, aubergiste aux Trois couleurs, blanchisseur, époux de Catherine Oltz.

Le 23 pluviôse, An 13 (12 février 1805) eu lieu le premier mariage à l’église du château, celui de : Geoffroy Ebert (* 11/10/1778 à Brumath † émigré aux U.S.A.) vitrier, fils de Philippe Ebert, vitrier à Brumath, et de feue Marie Eve Hatzinger, qui épousa, Anne Marie Kreitmann (* 05/12/1782 à Brumath † émigrée aux U.S.A.) fille de Jean Jacques Kreitmann, aubergiste à l’Arbre vert à Brumath, et de Catherine Fries.

Le 18 février 1805 à Brumath, décéda subitement le pasteur de la paroisse, Martin Barth (* 30/07/1754 à Hoerdt), fils de Georges Barth, cultivateur à Hoerdt, et de Anne Arlen, marié à Marie, née Barth.
Le pasteur Jean Blaesius (* 12/01/1760 à Wasselonne † 17/05/1836 à Brumath), venant de Hatten, lui succéda.
Le 14 août 1805 eu lieu une cérémonie religieuse particulière pour implorer le Seigneur, afin que l’élévation du clocher de l’église se réalise sans dommage et malheur.
Le 19 août 1805, vers douze heure fut prononcé du haut de la tour le serment du charpentier et fut chanté le cantique très connu : Nun danket alle Gott mit Herzen, Mund und Händen, …

Dans la barre faîtière du clocher fut introduite une feuille de papier, cachetée, sur laquelle furent notés les noms du Maire Daniel Christ, les membres du Conseil consistorial du lieu : Mrs Limmer, Christ, Gieswein, Blaesius, comme pasteur, ainsi que celui du maître charpentier Weinberger, et de tous les ouvriers et aides.

Le 1er septembre 1805 eu lieu la première confirmation en l’église du château. A cette occasion le calice en or fut utilisé pour la première fois.

Le mardi 28 janvier 1806, la cloche qui se trouvait exposée dans le clocher provisoire sur la place du bailliage (place Geoffroy Velten)fut transférée et le dimanche 2 février, elle sonna pour la première fois pour le culte.

Le dimanche 17 décembre 1809, lors d’une cérémonie funèbre en l’honneur de combattants tués lors des batailles menées par l’Empereur Napoléon, l’orgue fut joué la première fois , mais seuls trois registres fonctionnèrent ; le dimanche 31 décembre, l’instrument fut utilisé pour le chant en général.

Le dimanche des Rameaux, 15 avril 1810, le pasteur Jean Blaesius monta pour la première fois à la nouvelle chaire pour prêcher. Ce jour là, furent confirmés 23 garçons, et 32 filles.

Le vendredi 26 octobre 1810, fut enterré Georges Frédéric Coulmann (* 05/02/1753 à Bouxwiller † 24/10/1809 à Brumath), membre du Conseil Général du Bas-Rhin, membre du Collège électoral de ce département, Président du Canton de Brumath, suppléant au Tribunal de la Paix, Notaire impérial, Maire de la commune de Brumath, membre du Consistoire de Brumath. Veuf de Catherine Salomé Ulrich, (* 08/09/1763 à Brumath † 18/09/1804 à Brumath), ils habitèrent au n° 7, rue du Gal Rampont, anciennement, rue de l’Est à Brumath.
Lors de cet enterrement fut utilisée pour la première fois la nouvelle cloche, la chaire et l’autel furent recouverts d’un drap noir pour la première fois.

Ces notes traduites, sont rédigées en langue allemande par le pasteur Jean Blaesius, et se trouvent dans le registre des naissances, mariages, décès de 1804-1812.

Brumath, le 30 août 2012
Georges Strohl