Henri STROHL, pasteur

Henri Strohl, naquit le 26 octobre 1874 à Brumath, fils de Alexandre Strohl , pharmacien à Brumath, et de son épouse Cécile Ihlé.

Alexandre Strohl, le pharmacien, ayant habité à Strasbourg, où la vie ne lui convint plus, après le terrible siège, suivi du bombardement de la ville. Siège qui débuta le 11 août et se termina le 27 septembre 1870, par la capitulation de la garnison.

Il s’installa vers 1871 à Brumath, il avait son officine, près de l’église catholique, actuellement Droguerie Roth.

Alexandre Strohl, le pharmacien, décéda le 31 octobre 1876 à Brumath, âgé de 56 ans. Cécile Ihlé, sa veuve, s’installa à Strasbourg, rue des Veaux (anciennement Kalbsgass) où elle éleva ses deux enfants, Henri et Elisabeth Strohl, née le 29.06.1873 à Brumath.

Henri Strohl fit sa scolarité à Strasbourg. Ses études supérieures, il les fit au Gymnase Protestant puis continua ses études à la faculté de théologie de Strasbourg de 1893 à 1895. Il suivit des cours à Berlin durant l’hiver de 1895-96, et à Genève, durant l’hiver 1897-98.

Il fut entre 1898 et 1899, pasteur vicaire à Wissembourg, de 1899 à 1902 pasteur à Ingwiller, puis pasteur à Benfeld de 1902 à 1905.

De 1906 à 1918 Henri Strohl fut nommé à Colmar où il créa l’œuvre d’évangélisation du « Grillenbreit » (le Grillenbreit était un quartier populaire de Colmar), et durant la Grande Guerre, remplit la fonction d’aumônier de l’hôpital militaire des contagieux.

En 1919 il fut appelé en tant que Maître de conférences à participer à la reconstitution de la Faculté de Théologie Protestante de l’Université de Strasbourg. Il acquit la licence dés 1922, avec une thèse sur « l’évolution religieuse de Luther jusqu’en 1515 », et le doctorat deux années plus tard.

Il épousa le 16 juillet 1920 à Ste-Marie-aux-Mines, Mlle Geneviève Hoff.

Le 26 janvier 1922 naquit leur fille unique, Christiane Strohl qui devint pasteur et psychanalyste, vivant actuellement à Montpellier.

En 1928 le pasteur Henri Strohl fut nommé, professeur titulaire de la chaire d’Histoire du Christianisme, en 1929, il fut élu Doyen. Il mena de pair sa carrière administrative et enseignante jusqu’en 1945. Replié à Clermont-Ferrand de 1939 à 1945 avec la faculté de Strasbourg, il dû faire face aux redoutables problèmes suscités par la guerre mondiale.

Après le retour en Alsace en 1945, il rédigea plusieurs oeuvres dont « Le Protestantisme en Alsace ». Dans cet ouvrage, il y célèbre l’ouverture vers les autres et vers le monde de grands courants protestants et de personnalités marquantes, tel que Martin Bucer. Cet ouvrage, réalisé par le labeur, la science et la foi d’Henri Strohl, invite le lecteur à s’orienter lui aussi, au troisième millénaire, vers « Celui dont le service est l’ultime liberté ». Il fut le premier auteur à traduire la pensée de Luther en français, afin de la rendre accessible aux lecteurs francophones.

Henri Strohl a été fait docteur honoris causa des Universités d’Upsala, de Prague et de Lausanne, professeur honoris causa de l’université de Derbrecsen en Hongrie aussi surnommée la Genève hongroise.

Le pasteur Henri Strohl, décéda le 24 février 1959 à Strasbourg, dans sa 85ème année.

Sources: renseignements transmis gracieusement par Madame Christiane Strohl, ainsi que d’après la préface du pasteur Gérard Siegwald dans « Le Protestantisme en Alsace ».
Strohl Georges