Adolf Hohberg, pasteur à Brumath de 1907 à 1919

Article traduit du journal « Neuer Zornthal-Bote » édition du jeudi 23 mai 1907

Le dimanche de Pentecôte, 19 mai 1907 à l’église du château, à 14 h 30 eu lieu la cérémonie d’installation de Mr le pasteur Adolf Hohberg, nouvellement nommé dans sa fonction. La cérémonie fut ouverte par une œuvre musicale « Niederländisches Dankgebet », exécutée par l’orchestre des sapeurs pompiers. Ensuite, Mr Metzger, Inspecteur Ecclésiastique de l’Inspection St.Guillaume, a tenu un discours dans lequel sont relevés les obligations réciproques du pasteur envers la paroisse, et celle-ci envers le pasteur.

L’orateur, à cet égard, fit l’éloge de la grande popularité dont jouissait le pasteur Georges Eugène Herrmann (1), appelé à Strasbourg, et exprima en même temps le souhait et l’espoir que le pasteur Hohberg réussisse à conquérir le cœur des paroissiens de ce lieu, de façon analogue.

Alors eurent lieu les salutations d’usage au nouveau pasteur de la part de quelques uns de ses confrères. A la place du président du Consistoire de Brumath, Mr le pasteur Albert Hoffmann d’Eckwersheim, malade, Mr le pasteur Edouard Klein de Gries salua le nouveau venu au nom du Consistoire. Mr le pasteur Jean Jacques Nandres (2), lui souhaita la bienvenue au nom du Conseil Presbytéral du lieu.

Sous l’attention générale, le pasteur Hohberg monta à la chaire et tint à la paroisse en fête, un sermon sur les premiers mots du Psaume 121 « Je lève mes yeux vers les montagnes, d’où me viendra le secours ? », lequel fit une profonde sensation.

L’orateur souleva que dans une fonction aussi importante que la sienne, il s’agit d’avoir les yeux ouverts, d’être à l’écoute et avant tout d’avoir le cœur grand ouvert.

1/ Des yeux ouverts, afin de trouver la vraie mesure dans la relation avec les paroissiens ;
2/ être à l’écoute, afin de trouver chez eux une vraie compréhension,
3/ un cœur grand ouvert, afin que la semence disséminée tombe sur une terre fertile.

La fête, d’une durée de presque 2 heures fut close avec prière et bénédiction ainsi qu’avec le chant usuel: « Die Gnade unsers Herrn Jesu Christi ».

A 17 heures, au restaurant du Lion d’Or, un festin rehaussé par d’excellents discours a retenu encore pour quelques heures agréables des convives choisis.

Le pasteur Adolf Hohberg est né à Strausberg, dans le Brandebourg, le 28/01/1871, fils de Adolf Hohberg, employé de chemin de fer et de Emilie Kretschmar. Il fréquente d’abord l’école primaire de Lutzelhouse dans la vallée de la Bruche, puis l’école primaire supérieure à Molsheim. Il achève ses études supérieures au lycée à Strasbourg. Etudiant en théologie en 1890 à Strasbourg, il réussit aux examens en 1895. Il est appelé à Colmar à la maison de la Société (ou de l’Union) où il est actif durant deux années et ordiné comme vicaire le 26/09/1897. Il est nommé durant la même année à Printzheim auprès de Mr le pasteur Ritter. En 1900, il est nommé pasteur de la paroisse de Wintzenheim, près de Wasselonne. En 1907, il est installé comme deuxième pasteur à Brumath et Krautwiller aux côtés du pasteur Jean Jacques Nandrès, qui part en retraite le 1er juillet 1910. Adolf Hohberg étant citoyen allemand, est assigné le 5 février 1919 par le gouvernement français à quitter le pays. Les expulsés ont un préavis de trois jours ; leurs bagages ne doivent pas dépasser 20 à 40 kg par personne et en argent, un pécule de 20 Mark. En 1919 il devient vicaire à Hornberg, puis en 1920 est nommé pasteur à Recklinghausen (près de Dortmund) où il prend la retraite en 1936.

Adolf Hohberg avait épousé en premières noces, Lina Martin, (° Darmstadt 7/08/1876 † Brumath 5/07/1908), fille de Guillaume Martin et de Christine Weygand, et en secondes noces, le 30/05/1910 Lucie Stricker, née à Hunspach, le 19/03/1883. De cette union sont nés 2 enfants : Heinz Hohberg, (* Brumath 16/01/1912) et Gertrude Doris Hohberg, (* Brumath 10/08/1918).

Sources:
Die evangelischen Geistlichen und Theologen in Elsass und Lothringen, de Marie-Joseph Bopp.
Les registres de baptême et de décès de la paroisse de Brumath, et les annotations manuscrites dans le registre « Kirchen und Dorf Chronik von Krautweiler ».(1) Le pasteur Georges Eugène Herrmann (°Sarre-Union 22/10/1868 † St Marie-aux-Mines 8/11/1940) est installé à Brumath, le 31 janvier 1897, il est nommé à l’église St Guillaume de Strasbourg, où il est installé en décembre 1906.
(2) Le pasteur Jean Jacques Nandrès (°Colmar 26/10/1841 † Brumath 20/08/1911) est installé à Brumath, le 19/03/1882; en retraite le 1/07/1910.

Georges STROHL